(Galerie) Supercross - Paris
(Interview) M.pichon
(Interview) Stephen Rubini

(Interview) M.Pichon : "Je vais créer ma propre structure"

mx215zach pichon24Photo : M.Pichon - Z.Pichon - www.suzuki-racing.com

Station Mx : Première saison en 250 terminée pour Zachary, peux-tu faire un point ?

Mickael Pichon : "C’était une saison compliquée, une saison remplie de haut et de bas qui n’a pas très bien commencée malheureusement à cause de sa blessure cet hiver. Beaucoup de blessures, pas forcément des grosses blessures et ce n’était pas toujours de sa faute. La première blessure, il se casse le tibia péroné au début de l’hiver en se mettant court sans chuter (cartilage de croissance qui lâche) ça met déjà un frein dans la préparation. Kegums, il se casse la clavicule en chutant au départ, en Russie il se fait sauter dessus et à Villars blessure au genou dans des conditions un peu spécial, ce n’est pas des grosses blessures à part la première (tibia péroné), mais ça c’est bien remis (aucune séquelle). Malgré tout je reste quand même content, car je trouve qu’il a quand même progressé malgré des temps d’arrêt assez long (1 mois / 3 semaines / 4 semaines / 2 mois pour le tibia péroné). Si on prend le temps de roulage sur 1 an il a passé 5 mois à rien faire (suite aux blessures), de plus il a eu la grippe cet hiver juste après avoir repris du tibia-péroné, la grippe qui l’a séché pendant 15 jours (perte de 3 kilos). Il a progressé, il s’est développé physiquement, il a gagné de la vitesse, malgré tout il a eu la chance d’être dans un team où il y avait des pilotes de très haut niveau donc il a pris les roues de ses pilotes, automatiquement quand tu roules avec des pilotes comme ça tu progresses et les motos étaient très bonnes. Sur les courses il a toujours été au bout de ses manches, il y avait certainement mieux à faire, c’était sa première année de 250 il avait 16 ans et il était dans le grand bain. Aujourd’hui une 250 est une moto puissante, il a eu quelques galères sur le plan physique, en plus ses blessures ne l’ont pas aidé car à chaque arrêt le physique en prend un coup. Mais je reste quand même satisfait. Franchement je suis content, il a montré de belles choses, il a fait des courses positives, il y a eu des courses moins bonnes où il n’était pas dedans, mais faut voir le bon côté des choses il y a eu une progression malgré les temps morts."

Station Mx : Qu’est-ce qu’il lui reste à améliorer ? Le Physique ?

Mickael Pichon : "Le physique quand on a 16-17 ans, on a besoin de l’améliorer en travaillant, il va s’améliorer aussi avec l’âge, on est dans une période où parfois le physique nous fait défaut malgré qu’on travaille. On a pu voir Prado (Jorge) cette année, un mec comme Prado était capable de gagner sur une course où le terrain lui convenait bien et presque rien faire le week-end d‘après. Parce que le physique à cet âge-là, on est un peu sur le fil du rasoir, c’est-à-dire que quand on a 20-25 ans et qu’on fait une course dans des conditions difficiles et qu’on se met minable sur le plan physique, on a une bonne récupération. Alors qu’à 16-18 ans c’est un peu différent, l’organisme a plus de mal à récupérer, on grandit toujours. Maintenant ça va progresser, on y travaille, après avec les blessures ça n’a pas été évident, il faut beaucoup de temps pour avoir un très bon physique, mais malheureusement quand on est arrêté trois semaines, 1 mois etc… on perd très vite. On va travailler sur ce point, mais il a aussi besoin de travailler sa vitesse. Zach est un pilote qui a une bonne technique, qui est coulé, propre mais il manque de vitesse pure. Après il y a des pilotes qui ont certaines choses que d’autres non pas, la vitesse, une certaine technique, Zach doit travailler sur tous les points et puis bon dans sa tête il est encore un peu jeune, il se prend pas la tête, il a envie d’aller au plus haut niveau, mais ça reste un gamin qui a 16 ans. Il n’est pas comme certains pilotes, comme Prado (Jorge) ou Moreau (Brian) par exemple, qui eux depuis l’âge de 9-10 ans sont « programmés », eux c’est leur vie ils sont dévoué à 100% pour ce sport. Zach c’est un peu différent, il n’a pas la même vie que ces jeunes, étant jeune on lui a laissé le choix, il a fait un peu de tennis, il s’est cherché un peu, il a choisi le motocross, mais il a mis un peu de temps par rapport à certains, je pense qu’il a les capacités de rattraper ce temps perdu et on va travailler pour !"

mx216zach pichonr5
Photo : M.Pichon - Z.Pichon - www.suzuki-racing.com

Station Mx : Quels sont les plans pour 2018 ? Championnat(s) ? Quelle moto ?

Mickael Pichon : "Pour l’instant c’est un petit peu compliqué, mais ça commence à se mettre en place, Zach va rouler KTM, on a signé il y a quelques jours, mais la nouveauté est que c’est moi qui vais faire un team. KTM on essayait de nous caser dans 1 ou 2 teams, mais c’est tellement compliqué au niveau des budgets que les teams ne pouvaient pas forcement ou nous demandaient beaucoup trop d’apport pour pouvoir espérer être dans ces teams, aujourd’hui le côté finance joue beaucoup. Donc ça fait environ une quinzaine de jours qu’on essaie de trouver un team sans que ça nous coûte trop cher et au final nous sommes revenus sur mon idée de base. Aujourd’hui, je vais créer ma propre structure avec des partenaires qui me suivent depuis pas mal d’années et on va partir pour un programme de Mx2. On va faire que les Grands-Prix en Europe et on ne fera pas forcement tous les GP’s en Europe parce qu’aujourd’hui il y a quand même 19 GP, 15-16 en Europe et les GP comme la Russie/Turquie on ne pourra pas les faire, mais pour sa progression déjà faire entre 10 et 14 GPs ça sera déjà bien. À côté de ça on va faire le championnat de Hollande, sûrement quelques épreuves sur l’élite. Zachary aimerait s’essayer au Sx Tour. Il adore le Sx et il n’a pas eu l’occasion d’en faire cette année déjà à cause de ses blessures et le team ne nous laissait pas trop de liberté pour en faire. Zach s’était essayé au Sx l’an dernier et il y a deux ans à La Tremblade et Brienon, il s’était régalé donc il veut s’y remettre un petit peu pour garder la main en Sx et même progresser vu qu’il en a très peu fait. Un programme qui va bien nous occuper et je vais passer une partie de mon hiver à monter ma structure."

Station Mx : Que penses-tu de l’évolution des GP ? (De plus en plus de courses, des teams Mx2 qui ferment)

Mickael Pichon : "Tout le monde se pose la question sur les Mx2, le problème est général, évidemment on ferme les Mx2 avant les Mx1, mais il y a aussi des teams en Mx1 qui vont mal, pour qui c’est compliqué. On le voit bien sur les courses Oversea, derrière la grille il y a plus souvent plus de pilotes Mx2 que Mx1. Le problème est financier, pour moi le promoteur s’engage sur trop d’épreuve, aujourd’hui il y a trop de course. La conjoncture depuis la crise est jamais trop repartie, depuis 2009 c’est dur pour tout le monde dans tous les domaines, mais au final on est passé de 14, 15, 16, 17 à 20 Grands Prix et le nombre de GP Oversea qui augmente. Aujourd’hui c’est compliqué pour les teams de trouver les finances pour payer des saisons de 20 courses dont 3, 4, 5 Oversea. On ferme d’abord le Mx2 car les marques vont taper sur ceux où il y a peut-être un peu moins d’intérêts, c’est pourtant là qu’il y a les jeunes, mais c’est comme ça. Et si le programme continue comme ça à l’avenir on en verra d’autres qui fermeront les portes. Lors de réunions à Villars, les teams ont demandé au promoteur de revenir à moins de courses (15,16) et moins d’oversea. Financièrement c’est dur pour tout le monde, ce qui fait vivre et avancer les teams aujourd’hui c’est les boissons énergisantes, on le sait tous, comme ça pouvait être le tabac, l’alcool il y a 20 ou 30 ans, malheureusement tous les teams n’ont pas des marques de boissons énergisantes derrière eux pour les soutenir que ce soit un team usine comme Suzuki ou des petits teams, donc quand on a que des partenaires classique pour ce type de saison ça coûte très très cher. Le 4 temps n’a pas arrangé, car moi je vois comment ça fonctionnait dans un team comme chez Stefan Everts cette année, les motos demandent beaucoup de travail, d’entretien, ça coûte très cher, il faut des techniciens plus qu’à l’époque sur le 2T et du coup il faut plus de personnel. Ce qui me rend quand même triste dans cette histoire c’est que 70-80% des pilotes qui sont derrière les grilles ne sont pas payés pour la plupart d’entre eux, ça c’est encore plus grave. Aujourd’hui, dans les teams les managers sont payés, évidemment pas tous certains font ça par passion, il y a des entraîneurs qui sont payés, des mécanos, mais dans la plupart des cas sauf dans les teams vraiment vraiment usines les pilotes ne sont pas payés. Même s’ils n’ont pas besoin d’être payés des mille et des cents, c’est quand même eux qui font le spectacle, qui s’entraînent et prennent des risques, ça va un peu à l’encontre de l’évolution, c’est dommage. Peut-être que le promoteur va se rendre compte des choses et diminuer un peu le programme pour alléger les teams."

Pour soutenir Zachary Pichon :
Facebook : Cliquez-Ici
Instagram : zach_pichon

Vidéos

adphotography

Prochaines courses

Élément en attente. Merci de revenir ultérieurement ...

Communiqué de Presse

Nouveaux produits

Test RXR Bullet
4Arm Strong

Dernière Vidéo

 

Classements